EOLIENNES+HYDROGÈNE

LA SPÉCULATION MENACE BELLE-ILE

TOURISME : BELLE-ILE DESTINATION « MONDIALE »

SE LOGER À BELLE-ILE QUAND ON Y VIT ET TRAVAILLE

ENERGIE : LES CARBURANTS – DÉPOTAGE ET PRIX

ENERGIE ET PAYSAGES : LES ÉOLIENNES BRETAGNE SUD

PAYSAGES ET DÉVELOPPEMENT : UN (NOUVEAU) PLAN PAYSAGE ?

AGRICULTURE ET OENOTOURISME : UN (TRÈS GRAND) VIGNOBLE

AGRICULTURE ET PATRIMOINE : LE(s) MOULIN(s) LA FARINE

TRANSPORTS MARITIMES : DSP

VIE LOCALE : PROPICE

SERVICES PUBLICS : DE MOINS EN MOINS

ELECTIONS

COVID

 

GERVEUR DA VIKEN

(Belle-Île à jamais…)

  

Ce site indépendant est celui de l’association « Gerveur da viken»

 

Notre attachement à Belle-Île pour ses paysages autant que pour son passé, notre souci de la voir profiter de ce qu'apporte l'avenir sans pour autant perdre son âme, ou se la laisser voler, nous ont amenés à fonder cette association où se retrouveront les Bellîlois, résidents permanents, et aussi tous les vrais amoureux de Belle-Île, Bellîlois d’adoption, qui aiment ce pays, qui ont choisi depuis très longtemps d’y vivre le plus longtemps possible.

 

C’est à eux que s’adresse Gerveur da viken.

 

Notre île - nous parlons pour ceux que nous venons de citer - est devenue au cours des dernières décennies une terre à conquérir, ce pour des gens qui affichent les meilleures intentions, qui viennent en vêtements de brebis mais qui au dedans sont des loups ravisseurs. Ce qui les intéresse, c'est Belle-Île.

Les Bellîlois ne les intéressent que pour des fonctions d'exécution.

Belle-Île - et le nouveau PLU le laisse bien apparaître - est destinée à devenir à terme un terrain de jeux, un parc de loisirs.

 

Dans cette perspective, pas besoin d'agriculture, pas besoin de pêche, pas besoin de services publics, pas besoin de petit commerce, juste besoin d'amuseurs et de « larbins ». Voilà le futur proche pour les habitants présents, eux ou leurs enfants n'auront plus qu'à faire leurs valises.

Nous faisons peut-être du catastrophisme, nous ne souhaitons que nous tromper.

 

Nous n'avons pas la folle prétention de changer le cours des choses, nous voudrions simplement inciter et aider à la réflexion ceux qui vivent ici et veulent continuer à y vivre. Notre but premier sera d'observer, d'analyser et d'alerter.

 

Ce site veut apporter des informations, des commentaires, des analyses, des réflexions sur des sujets considérés sous l’angle de l’insularité et de ce qui fait la spécificité de Belle-Ile :

son environnement magnifique mais fragile,

son patrimoine historique et naturel souvent menacé,

ses sites remarquables piétinés et/ou dégradés,

ses infrastructures (eau, déchets, assainissement, routes, port) soumises à des pics d’utilisation difficiles à gérer,

son économie qui cherche à rester diversifiée et non concentrée sur le bâtiment (agriculture qui tend de plus en plus à devenir biologique – pêche qui malheureusement a perdu beaucoup de ses bateaux – entreprises innovantes qui s’installent) et les emplois associés,

la pression touristique reflet de la pression touristique mondiale, qui inquiète, avec un office de tourisme qui se réorganise, 

le coût élevé de la vie au quotidien, le prix des logements qui flambe

l’organisation des services « publics » , la médecine et l’hôpital en passant par le commerce local, et la disparition progressive de certains, « trésor public », DDE,  sémaphores, douane…et des emplois liés.

les transports, leur organisation et leur coût,

la protection des personnes et le tissu associatif qui y participe…

 

pour résumer : tout ce qui fait la qualité de vie,

 

Ces sujets préoccupent les Bellîlois. Ils préoccupent moins certains amoureux de passage, venus s’éclater sur un terrain de jeu pour repartir aussi vite… et ceux pour qui Belle-Ile n’est qu’une terre de conquête, un lieu de profit à exploiter sans scrupules particuliers ou considération pour les insulaires.

 

Ils sont ainsi au cœur des préoccupations des élus des quatre communes, qui ont la lourde et difficile tâche de gérer les contradictions entre les intérêts individuels parfois très puissants et l’intérêt général de l’île.

                                                 

Le Président, Jean Daumas-Bédex

 

Article 1 des statuts : objet de l’association

 

L’association  rassemble  des  résidents  permanents  ou intermittents  de  Belle-ile-en-Mer soucieux de  la  protection  de  l’île  ainsi  que  d'un  développement judicieux  de  son  économie.

Pour  ce  qui  est  de  l’île  l’association  s'intéresse  aux  domaines suivants  :  environnement, patrimoine historique, culturel et   paysager,  urbanisme,  économie, tourisme,  transports, finances  publiques,  qualité  de  vie.

L'association  se  propose  en  premier  lieu  mais  non exclusivement  d'analyser  et  de  commenter les  faits,  les  dispositions  diverses  ainsi  que  les  projets  relatifs aux  domaines  cités.

Elle  exerce  ses  activités  sur  l’ensemble  de  l’île  de  Belle-ile-en  Mer,  donc  des  communes  de Bangor, le  Palais, Locmaria  et  Sauzon  y  compris  la  facade maritime et  les  eaux  territoriales adjacentes  au  territoire  terrestre  des  communes  précitées.

Elle  exerce  également sa compétence  à  l’égard  de  tout  fait qui,  bien  que   en  dehors  de   sa compétence géographique, aurait  des  répercussions,  même  indirectes, sur  le  territoire de l’île.

 

************************

 

Se loger à Belle-Ile :

pour qui ces logements?

(voir infra le sujet « logement »)

Un terrain entre le Chtal et le site de vente du maraîcher M. Clément a été selon nos informations vendu à…. un promoteur.

 

On murmure qu’il y a un projet de 11 maisons peut-être 6 mais finalement plus de 6…

 

Pas d’info officielle de la mairie de Palais.

 

Après Penecam, qui avance vite et ressemble de plus en plus aux affreux lotissements dortoirs qu’on construisait dans les champs au cours des années 70, encore des maisons à un prix prohibitif !

Pour les touristes nouveaux émigrés à Belle-Ile : des belles maisons à plus de 500 000€ ; pour les résidents à l’année : des tentes Quechua.

************************

************************

ENERGIE

Les Éoliennes sud Bretagne

Historique

Des projets d’éoliennes flottantes au sud de la Bretagne  

2018-2019

Une « ferme » expérimentale de 4  (ramené à 3) éoliennes flottantes de 185 m entre Groix et Belle-Ile

 

2020-2021

On ne parle plus de la ferme mais un projet de grand parc flottant de 250 MW suivi de 500 MW sur 600 km2:  60 éoliennes flottantes de 260 m de haut chacune sur un socle en béton d’un hectare ancré au fond … tout près de Belle-Ile.

 

11 septembre 2020 Un (grand) DÉBAT PUBLIC commence : Le « document socle » du projet ;

Notre analyse du projet ;

Notre « cahier d’acteur », https://eolbretsud.debatpublic.fr/wp-content/uploads/EolBredSud-Cahierdacteur-02-Gerveur-da-viken.pdf

définit notre position, dans la ligne de celle que nous avons toujours soutenue lorsque nous étions responsables de l’UBED : opposition à toute implantation d’éolienne en Bretagne sud.

Un soutien de poids : 1er septembre 2020  F. Goulard, Président du Conseil départemental prend position contre les éoliennes : lettre au préfet

 2021 Les recours deviennent de plus en plus difficiles

Février 2021 publication du rapport de la commission nationale du débat public : 3 documents.    Compte-rendu     Bilan     Synthèse

18 mai 2021 La ministre Barbara Pompili décide (en dépit du bilan) de poursuivre la procédure de mise en concurrence pour la production des éoliennes….

 

2022 : où en sommes-nous ?

 

Nouvelles réunions publiques  (les appels d’offres ont été lancés)

Il s’agit de savoir où on va les mettre, ces éoliennes, sachant que si on les éloigne , les récompenses financières vers les collectivités n’existent pas et le transport de l’électricité ne supporte que très mal les longues distances… de plus il faut respecter la zone de tirs des militaires, et les navires qui passent au sud de la Bretagne n’ont pas envie de se retrouver accidentellement coincés par les solides vents de suroît dans un champ d’éoliennes ! (comme cela vient de se produire en février au passage de la tempêt Eunice au large de la côte belge pour un pétrolier et un cargo….)

 

2 mars 2022 : réunion à Belle-Ile  

Boycott et communiqué de presse de Gerveur da viken

« A quelle sauce voulez-vous être mangés? »

L’association rappelle que, dès décembre 2020 lors du « débat public » sur les éoliennes flottantes au sud de la Bretagne, elle a pris une position claire : « Nous demandons l’abandon définitif de ce projet d’implantation d’éoliennes en Bretagne sud » (cf page 146 du compte rendu établi par le Président de la commission particulière du débat public)

La réunion du 2 mars 2022 à Belle-ile ayant pour objet de « faire le point sur les évolutions  et l’état d’avancement du projet et d’échanger » (cf communiqué de la préfecture), Gerveur da viken estime que, dans la mesure où le projet en lui-même n’est pas remis en question, sa participation est inutile.

Elle regrette que les instances locales n’aient pas eu la même attitude que la Communauté de Communes d’Oléron qui a rejeté à l’unanimité un projet analogue.

 

15 novembre 2022 : satisfaction

Nous apprenons avec satisfaction que Shell abandonne le projet de 3 éoliennes expérimentales entre Groix et Belle-Ile « ..cela ne permettrait plus de construire un modèle économique soutenable »

 

16 novembre 2022 : déception

Nous apprenons par la presse que « La région Bretagne souhaite que le projet de ferme pilote se transforme en centre d’essais pour la production d’hydrogène vert »

Donc on construirait ces éoliennes « pour fabriquer de l’électricité qui produira de l’hydrogène. Lorient Agglomération a des projets pour ses Batobus dans la rade. La Région travaille à la décarbonation des navires de pêche.. » (Daniel Cueff, vice président en charge de la mer et du littoral)

 

Evidemment, pour l’instant malgré les oppositions de toutes parts on maintient le grand parc flottant de 250 MW suivi de 500 MW 


On ne peut que déplorer la tiédeur des critiques des élus qui souhaitent simplement qu’on les mette un peu plus loin à 40 km parce que ca se voit dans le paysage mais en percevant quand même les 50% de la taxe : part actuellement évaluée à 2 millions d’euros par an, a répartir entre Sauzon et Bangor… Demander le recul à 40 km c’est vraiment ou ignorer, ou faire semblant d’ignorer que c’est impossible en raison des contraintes imposées par les militaires de Lann Bihoué, tout en se donnant bonne conscience.

 

L’opposition se structure

« Gardiens du Large »

www.gardiensdularge.org

et sur facebook , twitter et linkedin

Une association dont les membres fondateurs sont de Belle-Ile, Groix et la presqu’île de Quiberon. Président : Eric Guillot

Gerveur da viken en est membre (adhésion en tant qu’association bellîloise)

 

Le tract de Gardiens du Large

 

22 septembre 2022  Excellente réunion d’information de « Gardiens du Large » à Palais

Elle devait se tenir avec un autre groupe d’associations (Groix – Quiberon – Belle-Ile (UBED) favorable aux éoliennes mais demandant leur éloignement et être un débat contradictoire animé par Soïc Salaün. La veille du jour de la réunion l’UBED déclare que celle-ci est annulée, sans consultation de l’animatrice, ni d’Eric Guillot. Attitude qui laisse perplexe surtout par le motif invoqué : les maires, invités, n’étaient pas disponibles... étant tous à l’Île-aux-Moines pour assister au Festival des Insulaires (prévu depuis pas mal de temps !!!). Gardiens du large n’a pas apprécié ….

 

5 novembre 2022  Deuxième réunion de Gardiens du large à Quiberon (400 personnes) en présence de Loïk Le Floch Prigent, Herevé Machenaud,et Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd france

retransmise sur

https://fr-fr.facebook.com/belleileTVofficiel/ 

 

**********

 

Bibliographie (non exhaustive)

« La peste éolienne » de Patrice Cahart, Inspecteur général des finances, conseiller à la Cour de Cassation,. Depuis une dizaine d’années il suit lesproblèmes de la transition énergétique, notamment ceux de l’ééolien. (editions Hugo Doc collection Alerte) . Ouvrage non polémique, mais travail en profondeur sur la place de l’éolien dans la transition énergétique qui démontre chiffres à l’appui qu’il s’agit d’une fausse solution et ouvre des perspectives pour l’avenir.

« Eoliennes : chronique d’un naufrage annoncé » de Pierre Dumont et Denis de Kergolay (Ed Bourin)

« Eoliennes : la face noire de la transition écologique » de Fabien Bouglé (Ed du Rocher)

A lire (sur internet) : les interviews de Jean-Marc Jancovici, polytechnicien, associé co-fondateur de Carbone 4, cabinet de conseil spécialisé dans la transition vers une économie décarbonée et l’adaptation au changement climatique, fondateur et président de The Shift Project, "think tank de la décarbonation de l’économie", professeur à Mines ParisTech, membre du Haut Conseil pour le climat, et auteur de sept livres de vulgarisation sur l’énergie et le climat.

« L’urgence climatique est un leurre » de François Gervais, physicien (Ed l’Artilleur)

 

***********************

************************

Non à la confiscation des sentiers côtiers !

 

 

La loi du 31 décembre 1976 a institué une servitude de passage des piétons le long du littoral, d'une largeur de trois mètres sur les propriétés privées riveraines du domaine public maritime. La loi « littoral » du 3 janvier 1986, a créé une servitude transversale pour atteindre le rivage.

 

Mais certains ne la respectent pas

 

Un exemple à Sauzon

Aux Poulains, les propriétaires de la maison dite « de Clairin » ont posé une solide clôture grillagée fermant le sentier côtier (le fameux GR) , contraignant les promeneurs à utiliser une « déviation ». Des témoignages font état d’intimidations diverses dont des promeneurs ont été les objets.

 

De quelles informations disposons-nous ?

 

1 Une carte (CEREMA organisme délégué par le gouvernement)

2 Le document de référence du Morbihan

3 Les documents officiels concernant la détermination du tracé sur Sauzon : Extrait de l’arrêté préfectoral du 2 juillet 1985 et tracé du sentier

Il est très intéressant de comparer le tracé de l’arrêté préfectoral et celui visible sur la vue aérienne…

 

Le GR préféré des français

Une décision irresponsable et lourde de conséquences

 

Le classement du GR 340 « tour de Belle-ile » comme « GR préféré » des français a eu pour conséquence une surfréquentation considérable du sentier littoral, initiée et encouragée par tous les opérateurs touristiques dont le seul souci est la rentabilité commerciale et non la préservation des lieux où ils envoient en masse des visiteurs.

Et cette surfréquentation engendre malheureusement des incivilités… et des réactions brutales en retour. La conséquence ? La fermeture illégale de secteurs entiers du passage piéton instauré par la servitude – donc inaliénable - à proximité des maisons anciennement édifiées sur la côte.

 

Remplir le tiroir-caisse

Le développement incontrôlé du tourisme sur Belle-Ile, au nom des « retombées économiques », a encouragé la création de commerces saisonniers toujours plus exigeants et désireux de se développer, la préservation de l’île de ses paysages de sa qualité de vie étant le cadet de leur souci.

 

Une solution ????

Cette entrave à la libre circulation, conséquence de la surfréquentation, nous préoccupe.

Il est néanmoins indispensable d’arrêter ces confiscations de tronçons de la SPPL. Les propriétaires jouissent d’un privilège que d’autres n’auront jamais : avoir une maison au bord de la côte.
Il est toujours possible d’informer des règles de savoir-vivre les promeneurs qui passent devant une maison (localement : un panneau…). Le balisage du GR est incitatif et doit détourner une partie des promeneurs du passage piéton de la SPPL.

Il est aussi possible de cesser d’attirer à coup de publicités des files entières de promeneurs. Cela relève de la volonté des élus.

 

En tout état de cause Gerveur da viken soutiendra toute action contre toute appropriation inadmissible du domaine public

************************

Ile aux Chevaux :

À la demande de « Bretagne vivante », un arrêté pour « garantir la tranquillité » des oiseaux : « 160 couples de cormorans huppés ; plus de 300 couples de goélands marins »

 

En plein été, chaque jour de beau temps, quelques bateaux - surtout des pneumatiques – approchent le tout petit mouillage de l’île aux Chevaux et y débarquent quelques personnes qui restent pour la plupart sur la plage… et parfois font un tour au sommet de l’île.

 

Une privation de liberté supplémentaire… pour un enjeu discutable.

 

Nous avons le souvenir de la colère de Monsieur D. Bredin, directeur de l’AIP, délégué régional du Conservatoire du littoral, qui est propriétaire de l’île quand il découvrit il y a quelques années de cela que « Bretagne vivante » avait numéroté à la peinture rouge les rochers de l’île aux Chevaux… pour faciliter le recensement des oiseaux.

 

Que pense-t-il de cette initiative nouvelle ?

 

Question :

Quand l’association demandera-t-elle un arrêté pour protéger les Bellîlois, les Houatais et les Hoedicais du débarquement en masse des visiteurs et leur permettre ainsi de se reproduire dans la tranquillité ???

 

 

************************

************************

MAJ 01-08-22

 

SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale)

Un document essentiel pour définir les objectifs en matière de construction sur l’île

 

Le  Scot du Pays d’Auray.de 2014 avant modification

*******

2022 Modification simplifiée du Scot

Mise à disposition du public du 23 mars au 22 avril

prolongée jusqu’au 6 mai inclus

 

L’affiche officielle : « Modification simplifiée »

 

L’AVIS DE L’AUTORITE ENVIRONNEMENTALE : à lire !!!

 

L’AVIS (réservé) de la CDNPS  (commission départementale de la nature, des paysages et des sites) consultée le 4 mars annoncé sur l’affiche des mairies (jaune) ne figurait pas sur le site le 1er avril. Les associations de protection de l’environnement  y sont représentées par les Amis des Chemins de Ronde et l’UMIVEM* 

 

Une courte synthèse rédigée par la préfecture était ajoutée le 4 avril suite à notre mail signalant cette absence (cf ci-dessous)

 

 « L’affiche mentionne la liste des pièces mises à disposition : parmi elles figure l’avis de la CDNPS, réunie sous l’autorité du Préfet (DDTM) le vendredi 4 mars : pourquoi à ce jour (2 avril) cet avis ne figure-t-il pas dans la liste des documents téléchargeables sur le site https//pays-auray.fr alors que la consultation a commencé le 23 mars? 

Il y a là une évidente défaillance de l’information destinée au public.

L’absence de cet avis est d’autant plus regrettable qu’au cours de cette réunion de la CDNPS, l’association "Les Amis des Chemins de Ronde" qui représente aussi les associations locales de Belle-ile dont la nôtre avait apporté des éléments importants pour éclairer la réflexion de la commission, et demandé expressément que ces éléments figurent intégralement dans le procès-verbal résumant les débats et formulant l’avis de la commission.

On peut se demander s’il y a une relation entre la demande des Amis des Chemins de Ronde et l’absence de cet avis dans le dossier mis à disposition.

En tout état de cause l’occultation de ce document essentiel (Art. R341 du code de l’environnement) contrevient à la procédure de modification du SCOT du Pays d’Auray.

Bien entendu, nous demandons que notre participation à la consultation soit publiée immédiatement sur le site dédié. »

Le Président Jean Daumas-Bédex

 

* L’Union pour la mise en valeur esthétique du Morbihan – « Patrimoine et Paysage » a pour but la défense et la mise en valeur du patrimoine morbihannais, notamment le patrimoine artistique, architectural, culturel et naturel. Forte de ses 26 associations membres, l’UMIVEM est la fédération départementale des associations de protection et de mise en valeur du patrimoine artistique, architectural, culturel et naturel du Morbihan. Cette association porte la voix de ses associations membres dans différentes commissions. Le Conseil d’Administration de l’UMIVEM est composé de 11 bénévoles.

 

 

UN AVIS DE POIDS : celui du Préfet daté du 5 avril ne sera mis à disposition SUR LE SITE DU PAYS D’AURAY QUE FIN AVRIL.

 

LES RÉSERVES  DE GERVEUR DA VIKEN

Une analyse des choix proposés… et des questions… (communiqué de presse : résumé publié le 22 mars par ouest-France, en intégralité par l’Agence Bretagne Presse et belleileendiagonales.bzh)

 

L’AVIS DE Gerveur da viken  déposé  officiellement par mail sur le site du Pays d’Auray le 4 mai 2022

 

UNE QUESTION demeurée sans réponse : qui fait le dépouillement et la synthèse de la consultation ? : Gerveur da viken a posé une question

 

*******

7 juillet 2022 :

le Comité syndical procède à

l’approbation de la modification simplifiée

 

Composition du Comité Syndical

10 délégués en exercice

2 absents (Tibault Grollemund maire de Palais, Aurélie Rio)

7 présents : Stéphanie DOYEN, Michel LE RAY, Philippe LE RAY, Dominique RIGUIDEL, Ronan JUHEL maire de Sauzon, Patrick LEPELLETIER-BOISSEAU adjoint à Palais, Dominique ROUSSELOT maire de Locmaria

 

8 votants dont 4 Bellîlois : les mêmes plus Annaick HUCHET (procuration à R JUHEL)

Le vote s’appuie sur :

-LE BILAN de la mise à disposition du public

-LA SYNTHESE DES AVIS des personnes publiques associées

Les documents du SCoT approuvé : télécharger sur

www.pays-auray.fr/amenager-le-territoire/les-documents-du-scot

QUELQUES REMARQUES sur le traitement de la « mise à disposition » par le Pays d’Auray

 

LA CARTE APPROUVÉE

Rappelons que les lieux sont possibles mais ne sont pas obligatoirement choisis. Ce sont les PLU qui doivent choisir parmi ces propositions en fonction de critères – en particulier environnementaux - propres à la commune

************************

************************

Belle-Ile (Groix) +Éoliennes +Hydrogène ?

Que nous prépare le Président du Conseil régional ?

Bellîlois, Groisillons, A quelle sauce voulez-vous être mangés ?

 

************************

************************

Humour ?

Auriez-vous votre BEPC ?

************************

 

SE LOGER À BELLE-ILE ??

pression touristique, spéculation, Scot, PLU…

Est-il encore nécessaire de le rappeler ? Gerveur da viken n’a pas pour objectif d’attaquer des permis de construire de particuliers qui veulent s’installer et travailler sur l’île.

Elle est en revanche vigilante lorsque des opérations immobilières apparaissent peu compatibles avec les objectifs de nos élus en matière de logement insulaire et d’urbanisation en général, mais plutôt purement spéculatives et participant à la flambée des prix. (Penecam par exemple)

Il arrive que l’interprétation des textes et règlements – très complexes dans ce domaine - par les instances chargées de délivrer les permis soit erronée. Dans ce cas il est facile d’entendre les arguments d’associations qui font remarquer ces erreurs. Avec de la bonne volonté il est (devrait être) facile de s’entendre…

***********

Pression touristique, spéculation…

Belle-ile destination mondiale !

Perspectives hôtelières

Interview (presque) imaginaire

Dessin

Aviation

    HÉLICO LORIENT BELLE-ILE.  Pétition

    Le projet semble pour l’instant mis en réserve…

    Novembre 2021 Des vols Finistair depuis Rennes annoncés

    En mai 2021 Des vols depuis Vannes et Brest avaient soulevé des contestations…

    Horaires : Départ Belle-Ile :12h (Vannes 12h20). Départ de Vannes 13h30 (Belle-Ile 13h50)

   Manifestement pas pour des insulaires ! Prix AR : 99 x 2=198 €

 

Des initiatives, des propositions

 

8 avril

Communiqué de presse des quatre maires.

 

ACCÈS AU LOGEMENT À L’ANNÉE

Inflation des prix

explosion des locations saisonnières

 

UNE INITIATIVE DE LA CCBI A SALUER

« Le point de rupture est atteint

Agir pour répondre à la crise du logement à l’année à Belle-Ile »

 

13 avril

Gerveur da viken a assisté à une réunion organisée à Bangor par des sympathisants du groupe de conseillers régionaux Breizh a gleiz (autonomiste et écologiste)

Thème : l’accès au logement

Intervenant Nil Couissin

Une idée : un « statut de résident breton »

Une analyse très documentée de la situation bretonne et des suggestions…

 

Lire le compte-rendu très complet sur le site de grande qualité de la journaliste bellîloise Soïc Salaün :  belleileendiagonales.bzh (abonnement 2€/mois)

 

***********

 

********************

********************

PLU

Les PLU de Palais et Bangor ont été approuvés et sont en vigueur mais sont attaqués au nom de la loi Littoral.

 

Les PLU de Locmaria et Sauzon qui n’avaient toujours pas été approuvés après enquête publique  (les 2 communes sont sous le régime du règlement national d’urbanisme - RNU) sont en cours de remaniement.

 

L’Enquête publique portant sur les quatre PLU a été achevée le 9 septembre 2019 - Gerveur da viken a déposé ses Observations

 

Les rapports et conclusions de l’enquête publique ont été remis aux mairies le 6 décembre après une phase de questions-réponses entre la commission d’enquête et les élus.

Extrait PLU Sauzon : conclusion

Extrait PLU Bangor : conclusion

Extrait PLU Le Palais : conclusion

Extrait PLU Locmaria : conclusion

 

Après l’enquête, chaque commune devait revoir son projet de PLU en fonction des réserves et recommandations de la commission d’enquête.

Puis le projet remanié devait être approuvé par le Conseil Municipal pour devenir applicable.

 

Les PLU de Palais et Bangor - en principe revus en fonction des conclusions de l’enquête publique - ont été approuvés en mars 2020 par les conseils municipaux, ceux de Sauzon et Locmaria non.  Les décisions de ces deux communes en matière d’urbanisme doivent donc encore se conformer au règlement national d’urbanisme (RNU).

 

****

Une requête en annulation du PLU de Palais

Elle a été déposée par « Les Amis des Chemins de Ronde » (ACR), association agréée environnement, le 7 septembre 2020, auprès du Tribunal Administratif de Rennes ensuite d’un recours gracieux adressé au Maire de Palais par Gerveur da viken et les ACR, et resté malheureusement sans réponse. L’association les ACR pour la rédaction de son mémoire a repris les arguments développés dans  l’analyse de Gerveur da Viken,

 

****

Deux permis de construire annulés

Cette action des ACR se trouve totalement légitimée par un jugement en date du 9 novembre 2020 par lequel le tribunal administratif de Rennes a annulé les permis de construire de deux maisons à Le Palais

Il s’agit de deux maisons, de 125 et 146 m², autorisées sur un terrain boisé situé en crête de falaise à Ramonette.

Cette double annulation est fondée sur le non-respect de la Loi littoral du 3 janvier 1986. D’une part, le double projet en cause, situé dans un cadre naturel, ne se trouve pas en continuité d’une urbanisation déjà existante. Il ne respecte pas l’article L 121-8 du code de l’urbanisme.

D’autre part, les deux maisons autorisées par le maire de Le Palais sont prévues dans la bande des 100 mètres non urbanisée. Certes il existe déjà quelques logements anciens en bord même de plage mais en trop petit nombre pour qu’ils puissent servir de prétexte à une urbanisation générale de la bande des 100 mètres dans ce secteur sensible de Ramonette.

****

Ce jugement fait suite à deux décisions de justice précédentes

qui, à la demande de l’association de protection de la Loi littoral, avaient annulé en mai 2020 le permis d’aménager ce secteur délivré le 21octobre 2016. :

Conclusion du tribunal :

« il ressort des pièces du dossier, en particulier des plans, cartes et photographies, que le terrain du projet est situé dans un secteur comportant moins d’une dizaine de constructions. Ce lieu-dit, en raison du faible nombre de constructions, ne constitue pas un village. Le secteur du terrain est également séparé de l’agglomération située au nord par un espace naturel et boisé incluant quelques constructions implantées de manière éparse, ce qui n’assure pas une continuité »… Le terrain se trouve « dans un secteur d’urbanisation diffuse », ce qui « ne permet pas de nouvelles constructions ». Et il est situé « dans un espace proche du rivage non urbanisé. Par suite il ne peut pas légalement accueillir les constructions nouvelles projetées »

 

Gerveur da viken est vigilante lorsque des opérations immobilières apparaissent peu compatibles avec les objectifs de nos élus en matière de logement insulaire et d’urbanisation en général, mais plutôt purement spéculatives. (Penecam par exemple)

Il arrive que l’interprétation des textes et règlements par les instances chargées de délivrer les permis soit erronée. Dans ce cas il est facile d’entendre les arguments d’associations qui font remarquer ces erreurs. Avec de la bonne volonté il est (devrait être) facile de s’entendre…

 

Dans le cas précis évoqué ici il s’agit manifestement d’une grave erreur d’interprétation à l’origine, qui a été reconnue et soulignée par les tribunaux administratifs. Parmi les points évoqués dans le recours contre le PLU de Palais figure d’ailleurs le classement totalement inacceptable de la moitié nord ouest de Ramonette en UBb (constructible) alors que la moitié est du hameau coupé ainsi en deux reste en zone N (Naturelle) protégée.

Il faut ajouter qu’en raison de sa situation au sommet du coteau avec vue sur mer… ce terrain devenu « constructible » n’était vraiment pas à portée de toutes les bourses belliloises !

CQFD

Gerveur da viken approuve donc totalement l’action des ACR.

 

2022 Sauzon et Locmaria :

quid des PLU « nouveaux » ?

Les deux PADD projet d’aménagement de de développement durables) revus ont été communiqués pour avis aux PPA (personnes publiques associées) – dont notre association, conviée à une réunion de présentation le 11 avril 2022.

Les cartographies (détermination des zones naturelles, agricoles, constructibles) des deux PLU devront être en conformité avec le SCOT modifié.

 

D’où l’importance de la  « Modification simplifiée » du Scot du Pays d’Auray.(voir plus haut)

 

**************

 

 

Les PLU : des logements pour les Bellîlois ?

Pour des Bellîlois !!! :

Des programmes conduits par les municipalités

 

1 Hors du centre ville : programme d’urbanisme baptisé « OBJECTIF HABITAT INSULAIRE »

Annoncé par la mairie de Palais le 31 octobre 2020 « pour les personnes qui ont juste un peu trop pour pouvoir entrer dans les programmes sociaux, et pas assez pour pouvoir acheter sur la commune »

80 logements programmés sur la mandature, au prix de l’artificialisation de 4 hectares de terrain naturel qui seront urbanisés (Champs de course et Roserière), selon 3 formules : lots en accession à la propriété, mise à disposition de foncier par bail emphytéotique, cession à un bailleur social

66 dossiers complets ont été déposés, une sélection doit être opérée ces jours prochains par une commission parmi ces dossiers pour de premières attributions. Les critères de sélection sont-ils publics?

 

2 En ville - est annoncé (Bulletin municipal) 42 avenue Carnot, dans le tout petit immeuble qui logeait les anciens locaux de la CCBI :

 « 8 à 9 petits logements sociaux destinés à des résidents à l’année pourraient être aménagés. (quand ?) Un véritable tremplin  ( !) pour des installations sur l’île, premier logement pour les jeunes qui prennent leur indépendance, logement provisoire avant de pouvoir construire... »

OÙ EN EST CE PROGRAMME ?

 

 

Et pour qui ???

Un programme de luxe  

PÉNÉCAM : programme « LES BELLILOISES », UN BEAU « RATAGE »

 

Un terrain qui aurait dû et pu appartenir à la commune et qui aurait pu et dû être aménagé comme prévu dans le POS.

Situé idéalement près du collège, du stade, des salles de sport, des commerces, des lieux de soins.

Plus de 60 maisons entassées  - 490 000 € pour 122 m2. En voilà des logements à acheter ! Mais pas pour les bellîlois qui seraient heureux d’avoir un logement près de Palais où beaucoup travaillent et qui cherchent désespérément– sans trouver – un toit en location ou en accession à la propriété accessible à leur budget. Bientôt ce lotissement qui va défigurer le paysage sera réservé à des personnes de passage… probablement locations saisonnières au rendement juteux ou résidences d’été gérées façon Pierre et Vacances ?

Aussi « belles » que celles du Nexity de Sauzon que beaucoup regrettent d’avoir laissé « pousser ».

 

Historique Une affaire ancienne (2010)

Jugement du TA de Rennes 25 juillet 2014

Jugement de la CAA de Nantes 11 décembre 2015

 

Printemps 2021 Le préfet a fait interrompre les travaux d’aménagement : non respect du code de l’environnement

Mise en demeure du 27 mai 2021

Mais les 9 premières maisons ont été construites

 

30 septembre 2021 : nous sommes tristes en passant devant le terrain maintenant défoncé de Penecam.

Un immense panneau est monté… pour afficher 48 permis de construire pour un bénéficiaire appelé « PENECAM » (pas de nom…)

Comment peut-on avoir laissé ce massacre s’accomplir depuis 2010. ???

 

Et Gerveur da viken s’interroge. …

 

…. sur les points suivants que nous souhaiterions voir explicités :

 

1 - 48 permis pour un seul bénéficiaire « Penecam » non identifiable (il s’agit d’un lieu-dit non d’un patronyme)

 

2 - Les permis datent du 7 juillet donc de 3 mois, les panneaux d’affichages sont apparus le 30 septembre 2021.  Ils n’ont pas été affichés pendant les 2 mois de délai de recours. Ces permis ne sont donc pas purgés des recours.

 

3 – Seul l’affichage de 4 permis (sur les 45) est constaté par huissier (Me Berjot). Quid des 41 autres ? Et la date de l’affichage effectif ne figure pas sur les 4 panneaux.

Quand, où ces 4 permis ont-ils été affichés ? En juillet ? La date doit figurer sur le constat d’huissier.

 

4- Aucun permis d’aménager n’est affiché. A ce jour rien ne permet de savoir comment seront disposées ces constructions.

*soit le permis d’aménager de 2012 qui est devenu définitif le 11 décembre 2015 (cour d’appel) a été maintenu en état de validité - donc il DOIT être affiché en continu pendant la durée des travaux et la disposition des constructions  doit être conforme à ce permis.

*soit il y a eu un nouveau permis d’aménager pour une disposition différente qui dans ce cas devrait être conforme à l’OAP (orientation d’aménagement et de programmation) du PLU actuel validé concernant Pénécam.  Si c’est le cas il n’a jamais été affiché donc porté à la connaissance du public donc purgé des recours.

5 - Ces permis ne sont pas affichés sur le panneau extérieur de la mairie….

 

Fin septembre 2021 un espoir naît :

Le préfet demande au maire l’annulation des 48 permis de Penecam

 

Le Préfet lors du contrôle de légalité, a constaté que ces permis étaient illégaux. Il a donc demandé sous forme de recours gracieux, l’annulation de ces permis. Le Maire avait deux mois pour répondre…

Cet aménagement aberrant, conduit par un promoteur immobilier du continent, voué à la résidence secondaire et/ou locative, sur un terrain qui aurait dû appartenir à la commune, ne respectant pas le projet d’aménagement de ce secteur prévu par le PLU, a soulevé depuis 10 ans une vive opposition (cf infra l’historique) relayée par des élus déçus de ne pas avoir pu préempter ce terrain.

 

ENFIN ! Le Maire pouvait remettre tout à plat en suivant la demande du Préfet. Personne ne doutait qu’il y réponde immédiatement favorablement, évitant un déféré au tribunal administratif soutenu par les associations.

D’après nos informations le Maire avait jusqu’au 30 novembre pour exécuter la demande du préfet.

 

En vain

Au 5 janvier il ne s’est pas passé grand-chose…. Pourquoi ?

Au 5 mars 2022 il ne s’est pas passé grand-chose…. Pourquoi ?

Dommage, c’était une très bonne nouvelle !!!

 

22 mars 2022 : le panneau d’affichage des permis a été tagué

 

La réglementation :

« Pour devenir exécutoires, outre leur publication ou leur notification aux intéressés, certains des actes des collectivités territoriales doivent être transmis au préfet, représentant de l’Etat dans le département ou la région (ou au sous-préfet de l’arrondissement). Celui-ci, chargé du contrôle de légalité, vérifie la conformité des actes pris par les collectivités territoriales et leurs établissements publics avec les dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

Si l’examen sur le fond et la forme conduit à relever des irrégularités, le préfet peut adresser à la collectivité, ou l’établissement public, un recours gracieux dans un délai de deux mois à compter de la réception de l’acte, en préfecture ou en sous-préfecture, en précisant la ou les illégalités dont l’acte est entaché et en demandant sa modification ou son retrait.

Si la collectivité ne réserve pas une suite favorable au recours gracieux (refus ou rejet implicite), le préfet peut déférer au tribunal administratif l’acte qu’il estime illégal. Il dispose en la matière d’un pouvoir d’appréciation. »

Les permis de construire sont concernés.

 

********

Et pour qui ???

Encore des programmes de luxe  

Bien situés au cœur de Palais,  proche commodités.

 

 

2021 En cours de construction Au cœur de Palais, Résidence « GRENIER FOUQUET » appartements sous le toit de 40 m de long et de 1000 m2 de surface. Le grenier de ce bâtiment est un ancien grenier public, appelé au 18ème siècle « Magasin de la Seigneurie ». Travaux en cours.

 

********

Au cœur de Palais, « Résidence PORT HALLAN » entre la rue de Dixmude et la rue des Remparts. (permis du 23 août 2021 affiché)

Construction (après démolition des bâtiments existants) de 2 immeubles, 22 logements, 1721 m2 de plancher, 11,65 m de hauteur.

Nous nous renseignons sur les prix !!!! …. Et le nombre de logements « sociaux »

 

 

 »…

 

********

En cours de construction en 2021 Au cœur de Palais, le long de la Saline, Résidence « LE SAINT-LOUIS » (ICADE immo)

80 Appartements du studio au 4 pièces  de 179 000 (27,9 m2) à 739 000 (88,26 m2

 9 janvier 2019 : présentation du projet aux habitants.

« Nous avons voulu un projet à dimension sociétale et environnementale, expliquent-ils. Un projet qui utilise et revalorise un patrimoine bâti historique et remarquable, en harmonie avec notre principe du logement pour tous. Ces 80 appartements seront constitués de logements à loyers modérés, de logements en accession à la propriété et de logements en investissements éligibles au dispositif Pinel. Entre 15 et 20 % d’entre eux seront destinés au locatif estival et à la résidence secondaire. Ainsi, la grande majorité des logements répartis dans tous les bâtiments seront occupés à l’année….. »

 

Combien de logements sociaux ?

En octobre 2021 on aimerait savoir si « la grande majorité des logements ont été achetés par des résidents principaux « à l’année »

 

********

2021 Prévu au cœur de Palais, avenue Jules Ferry : Résidence «  INSULAIRE »

30 appartements du T2 au T4 triplex à partir de 235 000 (38 m2) à 599 000 (95 m2) livraison 4ème trimestre 2023 . Combien de logements sociaux ?

 

********

Et Résidence pour une personne …

Au milieu de la plage des Grands-Sables : Le corps de garde type 1846 de la Ferrière

 

Une dénaturation d’un monument historique unique (seul représentant dans l’île du corps de garde type 1846)

 

Une étrange « réhabilitation » qui changerait la destination d’un ouvrage militaire inscrit monument historique pour le transformer - en le modifiant -  en résidence de luxe sur la plage, avec accès direct et privé à la mer.

Tout le centre de la plage – y compris le sentier côtier - serait privatisé

 

État actuel                                                         Projet : la plage coupée en deux

 

Derniers développements… pour contourner la loi Littoral et convaincre les instances décisionnaires ?

Nous savons que le propriétaire, qui sait pertinemment qu’aucune autorisation d’urbanisme ne peut être accordée pour un tel projet, tente d’obtenir au niveau de l’administration centrale une intervention en sa faveur auprès des autorités locales habilitées à prendre une décision.

 

Les associations Gerveur da viken, Association « 1846 », les Amis des Chemins de ronde viennent d’écrire au Préfet : lettre et pièce jointe

 

****************************

Menaces sur la Loi Littoral…

qui dérange…

N° 307

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2021-2022

Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 décembre 2021

PROPOSITION DE LOI

visant à aménager certaines dispositions de la loi n° 86-2 du 3 janvier 1986 relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral dite « loi Littoral », PRÉSENTÉES.   Par M. Michel CANÉVET, Sénateur

 

****************************

Des décisions du Conseil d’État  (22/07/21) qui confortent la loi Littoral

5 permis annulés : 

5 permis attaqués en 2016 par une association du continent, l’AALLPA, annulés en 2019 par le TA de Rennes, annulation confirmée par la Cour Administrative d’Appel de Nantes en 2020. Les trois maires concernés avaient décidé de se pourvoir en cassation devant le Conseil d’État. Le Conseil d’État a rejeté le pourvoi le 22 juillet 2021

 

Sont concernées trois communes

Le Palais : un permis d’aménager en deux lots un terrain au-dessus de Ramonette situé en espace proche du rivage, dans la bande littorale des 100 m et en covisibilité avec deux monuments historiques ciadelle et fort de Ramonette !  Curieusement, deux permis de construire avaient été délivrés alors que le permis d’aménager n’était pas purgé de recours, et ont été attaqués au TA de Rennes par les ACR avec notre soutien – action en cours qui devrait donc tomber, préservant ce site.

Sauzon : un permis à Brenantec qui compte quelques maisons près du port de Sauzon (et que SCOT nouveau propose quand même de classer en SDU !)

Bangor : trois permis – Kérel et Kerguelen pour des maisons sur la pente vers la plage de Kérel, Borlagadec un hameau.

L’argument que contestaient les communes : ces lieux-dits sont des « zones d’urbanisation diffuseau sein de laquelle aucune construction ne peut être autorisée » « ces projets de construction devaient être regardés comme une extension  illégale de l’urbanisation »

 

 

Nous avons toujours considéré qu’il était indispensable que les zones d’urbanisation diffuse qui se sont progressivement créés sans contrainte au fil des permis accordés ne puissent plus continuer à se développer. La construction dans nos zones littorales est encadrée par La loi Littoral, le SCOT du pays d’Auray, les PLU qui doivent se conformer au SCOT. La pression immobilière est forte et les appétits des promoteurs grandissants, à la perspective de mannes financières en raison de l’attrait de ces zones et de la demande de résidences. Flambée des prix, logements inaccessibles à beaucoup de travailleurs locaux. Il est grand temps qu’une gestion prospective rigoureuse de l’urbanisation et de ses liens avec le développement anarchique du tourisme sur ces zones et tout particulièrement à Belle-Ile soit un objectif prioritaire.

 

Et les contentieux ont un coût non négligeable pour les deniers publics :

Exemple :

En 2011 : un permis annulé - la commune de Bangor a été condamnée à payer 10 873 € pour remboursement de frais d’architecte engagés

Le 5 juin 2018 : la commune de Bangor a été condamnée à débourser la somme de 130 300 € à deux requérants qui avaient acheté deux parcelles en 2009 à Kerourdé et avaient obtenu deux certificats d’urbanismes garantissant la faisabilité de leur projet. Leur permis était attaqué au nom de la loi Littoral (ils demandaient 338 537 € de dédommagement )

Madame Huchet disait à l’époque : « quand nos POS s’appliquaient, je me devais de délivrer des permis de construire, alors même que je savais que l’on irait au contentieux ».

En 2017 la commune de Bangor avait payé 4800 € d’honoraires à un avocat de la cour de cassation devant laquelle elle s’était pourvue dans une autre affaire de permis.

En 2021 : la commune de Palais doit verser 3000 € à l’association les Amis des Chemins de Ronde : permis Ulliac et Thébaut annulés en appel.

 


LA SPÉCULATION MENACE BELLE-ILE

 

Belle-Ile dont la biodiversité (jugée encore exceptionnelle sur le territoire breton) et la vie à l'année sont encore à peu près préservées, est particulièrement menacée suite à une spéculation massive:

PROTÉGER NOTRE TERRITOIRE

30 juin 2021

Lettre ouverte

à Madame Annaïck Huchet

signée de 9 associations

18 juillet 2021

 en l’absence de réponse : nouvelle Lettre ouverte

 

 

ÉNERGIE 

Approvisionnement, dépotage et prix des carburants

Conseil de la CCBI 14 décembre 2021

Vidéo du conseil du 14 décembre, ou la démocratie en action !!!

Le sujet à l’ordre du jour commence à la minute 20.30

https://www.facebook.com/BelleileTVOfficiel/videos/940181006912571/https://www.facebook.com/

 

Clairement, la Présidente de la CCBI écarte sans débat les solutions qui permettent une baisse du prix des carburants : donc… le dépotage de l’ANATIFE se fera dans l’avant-port. (poste de nuit du Bangor)

 

Que penser ?

Notre premier commentaire

CCBI 14 décembre : A quand une vraie solution pérenne ?

 

Nos communiqués de presse :

 

1  Communiqué de presse du 20 décembre 2021 (paru dans Ouest-France, Le Télégramme, le site belleileendiagonales.bzh, facebook, Agence Bretagne Presse (ABP)

« CARBURANTS À BELLE-ILE : « Le plein au prix du homard. Pédalez smicards !»

 

2 Communiqué de presse du 20 février 2022 (paru dans le site belleileendiagonales.bzh  et sur facebook)

A Belle-Ile : analyse des 3 solutions pour l’approvisionnement rejetées par la Présidente de la CCBI et qui permettaient une baisse du prix des carburants :

arguments pour,

arguments contre,

nos questions sans réponse (jusqu’à maintenant)

 

3 - Communiqué de presse mars 2022: A-t-on évacué les risques « majeurs » ?? Non ! Pas rassurant… « 2002-2022 Sur la sécurité rien n’a changé »

 

Nos informations et nos analyses détaillées

 

1 Sécurité : Analyse d’un consultant en dangers industriels

2 Un document officiel  Dépotage, risque majeur : Le Palais classée commune à risque TMD (transport de matières dangereuses) et explosion

3 Le prix des carburants :  Historique

     « Le plein au prix du homard »

(Texte et documents M. Daumas, Ouest-France, Le Télégramme)

2011 Dépotage hors du port ?

Nos propositions… en 2012

2020 élections : questions aux candidats

 

************************

************************

PAYSAGES ET DÉVELOPPEMENT

UN PLAN PAYSAGE BELLE-ILE-EN-MER ?

 

Le 29 juin 2021, réunion du Conseil de la Communauté de Communes (CCBI)

A l’ordre du jour Un « plan paysage Belle-Ile-en-Mer »

 

Etape 1  Intrigués par ce sujet et par les articles lus dans la presse (Ouest-France et belleileendiagonales) nous nous sommes connectés au site de la CCBI pour consulter le compte-rendu officiel.

 

Pas très clair tout cela… Ô Rivarol ! Nous restons perplexes devant ces éléments de langage :
« un objet nostalgique et figé » ?
 
« évoluer en gardant son identité » ? (
une construction vivante qui se doit d’évoluer en gardant son identité).
« comprendre rétrospectivement les dynamiques à l’œuvre et de partager une vision prospective, structurante et pro-active du paysage de demain. »
 « Agir pour conserver l’identité d’un paysage emblématique, sans nier son caractère vivant ». ? Mais il est vrai que moins c’est clair plus c’est convaincant !

 

 

Etape 2 Curieux d’apprendre ce que peut bien cacher ce langage étranger à l’honnête homme, mais reproduit sans traduction dans la presse, nous nous sommes rendus sur le site dudit Ministère

Et là, c’est plus clair - à la portée d’un lecteur ne possédant pas un diplôme d’ingénieur paysagiste d’une grande école.

 

Voici les informations glanées sur le site du Ministère 

 

 

 

Etape 3 Nous consultons les articles de presse à notre disposition

 

Et voici, à propos du vignoble de Monsieur Latouche, ce qui n’est pas rapporté dans le compte-rendu officiel

 

Petit extrait :

« les gens qui débarquent et veulent nous apprendre à vivre alors qu’on est né ici, on en a assez. » (A. Huchet Présidente de la CCBI)

 

 

 

Détente

L’HUMEUR DU PRÉSIDENT

 

Etape 4 Un nouveau « bureau d’études » à 58 318,50 euros pour refaire en grande partie le travail des autres et redécouvrir des évidences ?

 

Quatre références intéressantes à des degrés divers :

2018 : le « DOCOB » réactualisé     

Lien :  DOCOB_BI_V1_2018.pdf

2009-2010 : « BELLE-ILE-EN-MER ÉTUDE PROSPECTIVE POUR LA VALORISATION DES PAYSAGES ».  (ENSNP DE BLOIS)

Lien : Etude_de_valorisation_des_paysages_de_Belle-Ile_-_Tome_1_-_ENSNP_Blois_-_2010_cle2a3429.pdf

Et plus ancien mais riche d’enseignements

1992 LE « PLAN PAYSAGE » DE A. CHEMETOFF (article de Martine Becker 1996)

2002 Un magnifique contre-exemple : ce qu’il ne fallait pas faire !

« LE SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET TOURISTIQUE DE BELLE-ÎLE-EN-MER »  (analyse du plan Tomatis)

 

Conclusion

Et vivent (grassement) les bureaux d’études !!!!

Sujet d’actualité : l’appétit des collectivités et de l’état en général pour les bureaux d’études… qui souvent connaissent moins bien la situation que les intéressés… ou accouchent d’une souris.

 Paradoxe !

 

On ne peut s’empêcher de questionner l’opportunité de rémunérer un « bureau d’études » pour regarder ce qui se passe à Belle-Ile et fabriquer un nième « Plan Paysage ».

Comme si cela dispensait de faire jouer le simple bon sens de la population et de ses représentants.

Comme si cela dispensait de consulter et de faire son profit des documents existants de qualité. (DOCOB, étude réalisée sans objectifs mercantiles, plan Chemetoff) sans oublier les leçons du contre-exemple Tomatis.

 

A moins qu’une telle démarche déresponsabilise les décideurs réfugiés derrière le parapluie des « savants » du bureau d’études qui les dispenseront de trancher sur un sujet controversé (l’impact paysager des surfaces occupées par des dizaines d’hectares de culture intensive de vigne) !!!

 

****************************

AGRICULTURE ET

AGROTOURISME

 

OENOTOURISME : la  SCEA des vignes de Kerdonis

 

DE QUOI S’AGIT-IL ?

D’oenotourisme à la mode américaine

L’oenotourisme, ou tourisme vini-viticole importé de Californie et en pleine expansion mondiale veut s’implanter à Belle-ile, destination recommandée par le New-York Times et en attente d’une clientèle chinoise (voir le projet du propriétaire du Castel Clara – interview sur belleileendiagonales)

Planter des hectares de vignoble dont une vingtaine en zone naturelle protégée ??

Une idée de Monsieur Latouche

Gérée à Belle-Ile par Monsieur Malossi

Conte viticole (J. Daumas)

HISTORIQUE

Obtenir des autorisations, c’est facile ??

 

Une pétition « non à la privatisation de la côte sauvage » a recueilli en une semaine plus de 35 000 signatures et plus de 1000 commentaires

 

Enquête publique à Locmaria et à Bangor du 17 mai à 12h au 17 juin à 15h

 

L’enquête publique porte sur la demande d’autorisation environnementale concernant la modification d’un site classé, présentée par la SCEA des vignes de Kerdonis, dans le cadre du projet de plantation d’un vignoble de 12,6 hectares (rectifié : 11,7).

 

Mobilisation générale

Nos observations déposées à l’enquête

- Observations détaillées après analyse du sossier (document très complet)

- Résumé des arguments (3 pages)

 

Dire NON à l’autorisation

Tract de « Gerveur da viken »

(Précision : contrairement aux affirmations du commissaire-enquêteur dans son rapport ce tract n’a jamais été distribué  et n’a été publié qu sur ce site.

Tract de « La Bruyère Vagabonde »

Lettre des Maires à la presse

Réponse de Gerveur da viken à la lettre des Maires

    

APRÈS L’ENQUETE, L’ANALYSE DES OBSERVATIONS CONNUES

Edifiant !

 

Lettre du 28 juin de trois associations au Préfet sous-couvert du Sous Préfet

Lettre du 12 août de Gerveur da viken au Préfet sous-couvert du Sous-Préfet

Réponse du Préfet à la lettre du 12 août

 

******

Le rapport et les conclusions de l’enquête publique concernant la demande d’autorisation environnementale pour implanter des vignes en site naturel classé sont publiés sur le site www.morbihan.gouv.fr (publications/enquetes publiques/Locmaria)

102 dépositions « contre » (60%), 69 « pour »

 

Enquête incroyable ! DU JAMAIS VU !!

 

En conséquence, Gerveur da viken a adressé un courrier au Préfet sous couvert du Sous-Préfet et un au Tribunal Administratif de Rennes dénonçant avec l’appui d’une analyse précise le manque de sincérité du rapport.

Le préfet a répondu avoir questionné le TA…

 

Autorisation accordée

Et pourtant, le 8-11-21 le Préfet accorde l’autorisation environnementale pour l’implantation de vignes dans les sites classés et protégés.

 

Sans attendre…

que l’arrêté soit purgé des recours,les travaux avaient commencé à Port-Coter (Quel hasard !!)

L’association « Les Bruyères vagabondes » a introduit un recours en annulation auprès du tribunal Administratif.

Gerveur da viken soutient cette action.

 

 

Outre-manche on s’intéresse aux vignes à Belle-Ile

Gerveur da viken interviewée pour le site wine-searcher

https://www.wine-searcher.com/m/2021/11/brittany-frances-newest-wine-region

****************************

****************************

AGRICULTURE

ET PATRIMOINE :

moulin Mathias de Kerzo

Comment tenter d’utiliser des fonds publics pour un projet privé

 

Une source d’inspiration pour Micheline et ses ânesses

*****

Souvenirs : 1969 agriculteurs en colère

tracteurs sur le port de Palais

 

*****

D’authentiques projets agricoles tentent de se mettre en place :

Traitement local du lait,

Production de farines…

 

D’autres sont déjà en fonctionnement

***************************

****************************

TRANSPORTS MARITIMES

17/11/21APPEL PUBLIC À CANDIDATURE

Pour la délégation de service public à compter du 1-1-2023

Communiqué

De THIBAUD ETORRE, ancien président, membre du conseil, Thierry le HEN président, Micheline Lockwood-Daumas, coordonnatrice chargée de la communication, Myriam le Hen, trésorière.

Le Rassemblement Insulaire pour le Transport Maritime (RITM) a été fondé fin 2006. Il a été très actif (cf l’historique) lors des renouvellements des deux dernières délégations de service public attribuées par le département à la Compagnie Océane et participait régulièrement aux réunions sur les horaires, organisées par l’ancien Directeur Patrick GERBENO et malheureusement supprimées depuis.

En 2015, le RITM s’était associé à l’UBED. Les deux associations avait souhaité souligner auprès du TA les insuffisances du nouveau contrat de délégation de 2015, mais n’avaient pu matériellement déposer un recours dans les délais légaux : la seule solution possible consistait à produire un « mémoire d’intervention volontaire » dans le cadre du recours déjà déposé par une association de Groix (CCTB). Ce qui a été décidé par les conseils d’administration après consultation des adhérents. (2016)

L’association était en sommeil depuis 2017

À l’approche de la désignation du prochain délégataire par la Région qui a maintenant la charge des transports maritimes, les membres fondateurs appartenant toujours au bureau du RITM, après consultation par courriel des adhérents de 2017, ont décidé d’intégrer le RITM à la nouvelle association BELLILOISE « Gerveur da viken » dont l’objet concerne entre autres les transports.

Les adhérents du RITM pourront s’ils le souhaitent rejoindre Gerveur da viken en envoyant un mail à gerveur-da-viken@orange.fr. C’est déjà le cas d’adhérents de GROIX qui se sont manifestés. Il n’est pas demandé de cotisation.

2019-2020

2021 pas d’informations sur la procédure de renouvellement de la DSP à Océane - déjà prolongée…

Un résultat financier négatif pour 2020…

Qui sera candidat ? Qui sera choisi ?

Mars 2022 : grève

************************

************************

VIE LOCALE

Vers un lieu à vocation sociale et culturelle

Avis aux personnes intéressées par une belle opportunité de créer à Haute Boulogne un lieu à vocation sociale et culturelle

 

« A la suite de la manifestation d’intérêt spontanée » émise (depuis trois ans, NDLR)  par Frédéric Planchenaut (Société SAS ESS « Propice Haute Boulogne », le BOAMP publie un avis de mise en concurrence pour la réhabilitation et l’aménagement de la longère de Haute-Boulogne (854 m2 de surface bâtie) anciennement occupée par la Direction de l’éducation surveillée

Cela en vue d’une exploitation à vocation sociale et culturelle

Un bail emphytéotique 42 ans est prévu

 

16/03/22

L’ancienne colonie pénitentiaire est retenue par la Mission patrimoine (Stéphane Bern)

****************************

****************************

SERVICES PUBLICS

 

On a vu disparaître au fil des années,

    la DDE (Direction départementale de l’équipement – devenue DDTM) quai de l’Acadie,

    les affaires maritimes en haut de l’avenue Carnot,

    la douane quai de l’Yser,

    la fonction du sémaphore de Taillefer, vidé de ceux qui surveillaient la mer,

    le vrai service public de la poste, privatisé, avec le « conseiller »  parti à Quiberon, le manque de personnel, la restriction des jours et heures d’ouverture.

 

    et maintenant « le trésor public » qui doit fermer au 1er janvier…

 

C’étaient, ce sont des emplois, et des familles derrière, qui disparaissent, au profit de quoi ???  nous vous laissons répondre !

 

Nous soutenons totalement l’action de nos quatre maires qui s’élèvent contre cette suppression.

 

****************************

****************************

ÉLECTIONS 2020

ÉLECTIONS MUNICIPALES 15 mars 2020-28 juin 2020

Lettre aux candidats

13 mars 2020 :

Deux réponses à notre lettre

 

 

Les maires et conseillers municipaux choisis massivement par les électeurs bellîlois avaient constitué des listes représentatives de la population insulaire permanente, qui vit au quotidien l’insularité et les problèmes qui en découlent.

 

Deux listes se complétant à Palais ont obtenu des scores voisins et sont représentées -inégalement en raison de la loi électorale.

 

Deux listes aussi s’affrontaient à Sauzon et Locmaria. Dans ces deux cas, la deuxième liste, qui n’a obtenu aucun élu, était constituée très différemment de la première : ses membres pouvaient apparaître comme porteurs d’options sur l’aménagement, l’évolution urbanistique et touristique de l’île, voire d’intérêts particuliers, qui n’ont pas convaincu les électeurs.

 

La quatrième liste, bellîloise elle aussi, à Bangor, était seule en lice et a donc remporté l’élection.

 

Ces constatations sont à notre sens révélatrices de la volonté des Bellîlois électeurs de préserver l’île – qui en a de plus en plus besoin – contre des appétits non dissimulés d’exploiteurs, qui la considèrent comme un territoire à conquérir dont l’image permet de créer du profit, un boboland à exploiter jusqu’à plus soif (et ils ont très soif) avec des regroupements bobollilois qui trouvent cela très bien moyennant bien sûr un petit geste pour ces pauvres insulaires nécessiteux et la précaution de ne faire de peine à personne.

 

Les tentatives de mainmise sur l’île se multiplient avec l’internationalisation de sa réputation de « joyau » de la nature. Protégé bien évidemment !


Merci à nos Maires de nous épargner cette aliénation progressive de notre île.

 

****************************

****************************

QUESTIONS de Gerveur da viken

aux candidats aux élections législatives 2022

************************

************************